Rechercher

Et après ...

Mis à jour : avr. 19

Après une épidémie, les gains de productivité sont réduits à la fois parce que le capital est moins efficace (pas d'investissement dans la période de confinement) et parce que la demande est plus limitée, les comportements sont plus prudents. Alors comment imaginer l’avenir ? Comment allons-nous nous réinventer quand l’actualité ne présage rien de bon  ?

La période actuelle change notre rapport aux autres et à la société. Ce repli sur soi durera plus longtemps que la durée du confinement. On regardera les autres avec prudence, vigilance voire méfiance. On sera moins confiant, plus précautionneux, on épargnera et on ne dépensera pas. Un comportement plus frugal des consommateurs va s’imposer  et avec lui des entrepreneurs qui auront moins d’appétit pour le risque, qui seront moins confiants, moins négligents.

Il faudra aussi organiser différemment l’espace, plus d’écarts entre les tables des restaurants, des chaines de production d’usine élargies.

Les open spaces survivront-ils ? Le télétravail perdurera-t-il ? Les transports, les cinémas auront-ils moins de places pour offrir pour plus d’espace ? Le foires, les expositions, les évènements vont-ils devenir terriblement select ? Moins il y a de contact, moins il y a de chiffres d’affaires par conséquent les prix vont-ils augmenter, le chômage va-t-il exploser ?

Derrière ces questions sombres, quelques espoirs se profilent. On s'interroge par exemple sur la localisation de la production. Est-il possible de dépendre de productions étrangères pour des produits considérés comme stratégiques (santé) ? Les pandémies dans l'histoire ont modifié la façon dont les sociétés fonctionnaient, car les objectifs changent et les rapports de force aussi. La mondialisation a donc pris du plomb dans l’aile, des investissements massifs vont se relocaliser dans les domaines de la recherche, de la santé, mais aussi technologiques. La perception des risques a changé. Les entreprises vont se méfier des flux tendus et des chaînes d'approvisionnement lointaines et difficilement contrôlables. Les gouvernements, au nom de priorités stratégiques, encourageront les productions locales. On va sortir de cette crise avec un modèle économique moins porté vers l'optimisation, les marges et la productivité, au nom d'une plus grande sécurité.


Retrouvez-nous sur indiciel.fr


Retrouvez-nous sur INSTAGRAM : https://www.instagram.com/agence.indiciel/

Retrouvez-nous sur TWITTER : https://twitter.com/IndicielCie

Retrouvez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/Indiciel/

Retrouvez-nous sur Linkedin : https://www.linkedin.com/company/5360234

Retrouvez-nous sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=MyM4Yzf9AOU

149 vues

 Proudly created by ©Indiciel